Le développement économique

Nous vivons aujourd’hui une crise sans précédent à la fois financière, sociale, économique et écologique qui surprend par son étendue. Le capitalisme mondial, désormais sans entrave, produit des aberrations comme la financiarisation, la spéculation sur les matières premières et sur l’alimentation, la précarisation du statut des travailleurs, la fragilisation de la protection sociale, la baisse des salaires et du niveau de vie des plus pauvres… Le tableau est sombre. Pourtant, la CSC wallonne reste convaincue qu’un autre monde est possible. Elle l’affirme avec force et, dans cet esprit, veut construire un autre monde pour demain. 
La Wallonie peut être «une terre de transition et d’expérimentation de toutes les nouvelles initiatives qui tentent de sortir de la logique du profit et de l’intérêt pour aller vers une économie davantage respectueuse des valeurs d’échange, de coopération, de mutualisation et d’une soutenabilité écologique» ainsi que l’ont exprimé des militants lors d’une consultation dans les organisations de la CSC. 
Comment y arriver? Ce sera au congrès de le définir. Dans les textes préparatoires, il est question de redéfinir le développement économique (le «mieux être» devant primer sur «l’avoir davantage»), de promouvoir un autre modèle de développement et de consommation. Il est aussi question d’un engagement fort en faveur de la transition.  
Le congrès reviendra aussi sur le pacte social wallon. La CSC wallonne est bien consciente qu’elle ne pourra pas réaliser seule ses objectifs. Il lui faudra nouer des alliances, avec quels acteurs? Là encore, c’est le congrès qui se prononcera. Mais déjà la CSC encourage les nouvelles formes d’économie: l’économie collaborative qui place les relations humaines au centre des échanges, l’économie sociale et sa finalité de service à la collectivité ou aux membres, l’économie circulaire quand elle est encadrée par des normes sociales, salariales, environnementales et sanitaires appropriées… Elle continuera sans aucun doute dans cette voie.   
Il sera aussi question de politique industrielle, d’innovations technologiques et de la stratégie à adopter vis-à-vis d’elles. Et la formation professionnelle, défendue depuis toujours par la CSC, ne sera pas oubliée, d’autant qu’elle est indispensable pour relever les défis qui s’amorcent.
Les autres thèmes du prochain congrès: